Test du Womanizer Duo

La rédaction 7 janvier 2021

Eglantine d’Objets de Plaisir teste pour vous le Womanizer Duo, un aspirateur clitoridien combiné avec un Rabbit. Verdict ?

eglantine objets de plaisir

Depuis que les vibros aspirants ont fait leur apparition dans l’univers des sextoys, une multitude de nouveaux modèles ont vu le jour. Parmi eux, les rabbits aspirants, de délicieux hybrides entre le fameux aspi-clito et le célèbre – et désormais grand classique – vibromasseur à deux branches. Ce type de jouet ne fait pas les choses à moitié : tout est question d’inclinaison, d’angle et de forme. Quelques millimètres trop près ou trop loin, et c’est un flop, l’engin aspire dans le vide ou n’atteint pas votre point G. Mais si tout est bien positionné, une déferlante de sensations incroyables vous attend.

Satisfyer avait son Rabbit, un engin sobrement nommé, assez bon marché, mais franchement réussi. De son côté, Womanizer restait à la traîne, avec l’Inside Out, un rabbit aspirant plutôt laid, nettement moins efficace, et beaucoup plus cher. La marque a donc décidé de se rattraper en sortant le Duo, un sextoy non moins onéreux, mais bien plus prometteur que son prédécesseur.

Présentation du Womanizer Duo

Le packaging du Womanizer Duo est assez classe, mais, vu son prix qui avoisine les 200 euros, on n’en attendait pas moins. L’engin, d’un bordeaux uni, est en silicone, avec un embout amovible composé du même matériau. Il est joli, ce qui n’a pas toujours été le cas de tous les engins de cette marque.

Le principe du sextoy ? Pendant que son embout, à l’extrémité de sa branche la plus courte, englobe votre clitoris, auquel il prodigue simultanément aspirations et pulsations, l’autre branche, longue et incurvée, vous pénètre et vient stimuler votre point G en vibrant contre lui. Duo, mais triple stimulation, en quelque sorte. Comme la plupart des vibromasseurs récents, il est rechargeable et étanche, ce qui permet de s’en servir même sous la douche.

Utilisation du sextoy Womanizer Duo

Avant de passer aux choses sérieuses avec le Duo, mieux vaut d’abord prendre quelques instants pour s’intéresser à ses commandes, qui se démarquent du lot. Mais bien que l’appareil possède beaucoup de boutons, son fonctionnement s’avère finalement assez intuitif à appréhender. D’abord, un bouton, situé loin des autres, permet de l’allumer ou de l’éteindre.

Pas de panique si rien ne se produit : en effet, afin d’éviter les nuisances sonores, le sextoy ne se met en route que lorsqu’il détecte votre clitoris à proximité… Enfin, ne fabulons pas non plus, Womanizer n’a pas inventé la machine magique à trouver le clito, dont certains maladroits rêvent peut-être ! Il suffit d’un doigt ou de la paume de votre main pour berner l’engin. Ensuite, jouer avec les commandes est assez simple : deux boutons permettent d’ajuster la puissance de l’aspiration, deux autres ajustent celle des vibrations, et un dernier bouton permet de choisir le mode de vibrations.

La forme du sextoy est tout bonnement parfaite : pendant que son embout englobe le clitoris, l’extrémité de sa branche pénétrante, légèrement flexible, vient se positionner au niveau de la zone du point G. Entre l’aspiration et les vibrations contre le clito, et la pression ferme contre le point G, associée elle aussi à de fortes vibrations, les sensations sont démentes. L’un après l’autre, les orgasmes se succèdent, avec une puissance inouïe.

Conclusion du test de sextoy

Le Womanizer Duo est un sextoy vraiment très chouette, qu’il s’agisse de prendre du plaisir en solo ou à deux. Au programme, des orgasmes à volonté, et grâce à son mode silencieux à détection de clito, vos oreilles restent en paix. Si votre budget vous permet de vous l’offrir, ou de l’offrir à votre partenaire, foncez !

Toutefois, le fait qu’il coûte près de 200 euros est quelque peu rédhibitoire. Si vous êtes fauché(e), vous trouverez votre bonheur chez la concurrence, avec Satisfyer, qui propose un Rabbit certes moins luxueux, mais nettement plus accessible niveau prix, et presque aussi efficace.

À propos de l’auteur

La rédaction


Réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

detidom.ru