Déconfinement : les sexshops respirent

James-Nicolas de Sade 15 juin 2020

Alors que toute l’industrie du sexe s’était retrouvée à l’arrêt, le commerce reprend petit à petit. Les premiers chiffres post confinement s’annoncent plutôt positifs

Le monde se déconfine progressivement, petit à petit, la sexualité aussi ! Les ventes de seraient reparties à la hausse à en croire les témoignages des différents professionnels du secteur. Que ce soit en France ou à l’International, les déclarations semblent prometteuse.

Des ventes croissantes.

C’était jusqu’alors toute une industrie qui avait été mise à l’arrêt. Les vendeurs de sextoys mais aussi les travailleurs et travailleuses du sexe ou même le . Eh bien, les données confirment ce que nous attendions. La vente de sextoys serait repartie à la hausse ! Un rapport publié par Bisreport pour plusieurs entreprises du domaine le confirme.

Adam and Eve, une entreprise américaine qui possède des établissements franchisés en Amérique du Nord et une boutique en ligne, a signalé une augmentation de 30% des ventes en mars et avril, mais aussi et surtout 70% d’augmentation en mai en comparaison avec la même période l’année dernière.

D’autres grandes entreprises du plaisir qui réalisent la plupart de leurs ventes en ligne ont également enregistré une légère hausse. Wow Tech Group, propriétaire de We-Vibe et , a indiqué que les ventes en ligne des deux marques étaient supérieures de 200% sur la même période par rapport à l’année dernière. Ils confirment ainsi le premier constat qui avait été fait au début du confinement.
Et comme Vice l’a signalé en avril, les ventes en ligne de produits via Cotr Inc, la société derrière B-Vibe, Le et la Cowgirl, étaient environ trois fois plus élevées sur la période du confinement qu’elles ne l’étaient l’an dernier. Alicia Sinclair, la directrice générale, a déclaré que les chiffres avaient continué d’augmenter, les ventes d’avril dépassant de 80% celles de mars.

Des règles d’hygiène strictes

Une partie de cette augmentation des ventes post-confinement peut être attribuée à l’ennui du confinement. De plus, au plus fort des commandes à domicile, Amazon semble avoir continué à expédier des sextoys, malgré leur statut non essentiel qui avait été promulgué par Emmanuel Macron.

Pour les sex-shops de briques et de mortier, le constat semble être similaire. Les consommateurs se précipitent en magasin pour acheter des sextoys « mais aussi tout ce qui touche à la sexualité. Que ce soit , lubrifiant, accessoires etc. » nous dit Michel, propriétaire d’un sex-shop à Paris. Pour le respect des gestes barrières et des normes sanitaire, il s’adapte : « J’ai une vitre en plexiglas qui me protège, j’ai mis les marquages au sol et gel hydroalcoolique à l’entrée du magasin. Personne ne rentre si il ne s’est pas lavé les mains devant moi. »


Une dernière solution à envisager serait de s’adapter aux contraintes et de faire comme l’a fait un sexshop à Marmande. « Val du Plaisir » de son petit nom était fermé pendant tout la durée du confinement. Pour la réouverture, ce dernier a donc réouvert sous forme de drive. Les clients commandent sur Internet et récupèrent le colis à l’extérieur. « Je suis ce qu’on appelle une personne à risques, je n’ai pas tenté le diable. » a déclaré le propriétaire à Actu.fr.

A LIRE AUSSI

detidom.ru teste pour vous : les meilleurs sextoys point G

Coronavirus : les ventes de sextoys explosent !

À propos de l’auteur

Rien à ajouter

Réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

detidom.ru