Choisir le sexe du bébé pendant l’acte sexuel, c’est possible ?

Sensuelle Estelle 15 janvier 2020

Certaines techniques « naturelles » influenceraient le sexe du bébé durant l’acte sexuel. On vous dit sur le moment et les positions à privilégier pour avoir une bonne surprise à la sortie du nid.

Choisir le sexe du bébé durant le sexe, c'est possible ?

De nos jours, choisir le sexe biologique du bébé à l’avance requiert plusieurs procédés : la PMA grâce à la méthode d’Ericsson qui consiste à trier les spermatozoïdes « mâles » (Y) et « femelles » (X) et le diagnostic préimplantatoire. La deuxième option est la plus fiable, mais illégale en France selon la loi bioéthique de 2011 (sauf cas éventuel où la mère peut transmettre une maladie génétique rare). Donc elle est d’ores et déjà proscrite… Pourtant, il existerait aussi quelques techniques pour choisir le sexe de son bébé lors d’une conception dite « naturelle » (c’est-à-dire, durant un rapport sexuel entre un homme et une femme).

Cibler sa période d’ovulation pour avoir une fille ou un garçon ?

Le chercheur-biologiste, Landrum Shettles, théorisait dans les années 1960 que le rapprochement entre les dates d’ovulation et de conception influaient sur le sexe du bébé. C’est à travers ses recherches qu’il note que les spermatozoïdes X (« femelles ») étaient plus résistants alors que les spermatozoïdes Y (« mâles ») seraient plus rapides.

Et donc, une relation sexuelle à peu près 2-3 jours avant l’ovulation favoriserait la possibilité d’avoir une fille. Tandis que pendant l’ovulation, la chance de concevoir un garçon serait plus grande. Une parue dans Toxological Research aurait d’ailleurs obtenu des résultats analogues.

Les positions sexuelles et l’absence d’orgasme ou non pour choisir le sexe de son bébé ?

Si l’on se fie à la théorie de Shettles, certaines positions sexuelles avantageraient la chance d’avoir une fille ou un garçon.

Pour concevoir un garçon, il faudrait privilégier les positions où la pénétration se fait par l’arrière (en levrette, par exemple) ou profondément. Plus l’éjaculation survient à proximité de l’utérus, moins le chemin des spermatozoïdes Y est long. Idéal pour ces transporteurs du chromosome Y qui seraient, certes, rapides mais plus vulnérables face à l’acidité du vagin. Et si l’orgasme survient, les contractions de l’utérus aideraient aussi les spermatozoïdes « mâles » à remonter plus vite jusqu’à l’ovule.

Si le souhait se tourne, en revanche, vers une fille, le missionnaire ou l’Andromaque seraient plus « adaptées ». Ainsi que l’absence d’orgasme.

Mais, la communauté scientifique est perplexe…

Favoriser un sexe plus qu’un autre selon une position sexuelle, « cette idée est validée par l’expérience« , commente la gynécologue Véronique Bied Damon (interview de ). « Elle l’est beaucoup moins par la science« .

Le professeur David Baud, quant à lui, est peu convaincu par les propos de Shettles : « Si les spermatozoïdes femelles étaient plus lents, comment expliquerait-on les faux jumeaux de sexes différents ?« . Pour Baud, « c’est le travail conjointement de tous les spermatozoïdes sur l’ovule qui permet à l’un d’entre eux de pénétrer la membrane. Ce n’est pas forcément le premier arrivé qui entre! »

D’ailleurs, des (2001) de l’American Society of Andrology iraient en faveur de David Baud. Ils démontreraient l’absence de différences entre les spermatozoïdes « mâles » et « femelles ». ”Les spermatozoïdes mâles et femelles ne sont pas exactement similaires, mais on ne sait pas les identifier à l’œil nu aujourd’hui, il faut une analyse génétique”, éclaircit Michaël Grynberg, chef du service de médecine de la reproduction à l’Hôpital Antoine Béclère de Clamart.

Une autre , publiée en 1995 dans New England Journal of Medicine, soutiendrait que le moment précis de la procréation n’influencerait aucunement le sexe du bébé. Déjà démontré auparavant par une  (1991) parue dans l’American Journal of Obstetrics and Gynecology : elle a révélé que beaucoup moins de garçons naissaient lorsque la conception avait lieu pendant l’ovulation.

Après rien n’empêche d’essayer les techniques pour avoir une fille ou un garçon !

(Photo à la une : Getty Images)

À lire aussi…

Procréation : expliquez-nous scientifiquement comment ça se passe !

Connaître son âge ovarien pour s’assurer de sa fertilité


Réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

detidom.ru