Quand les préservatifs capotent…

La rédaction 3 décembre 2020

Une capote qui craque et aïe… c’est la catastrophe ! On fait confiance aux préservatifs pour nous protéger des IST et des risques de grossesse alors le magazine 60 Millions de consommateurs a voulu vérifier leur résistance. Et certains préservatifs ne s’avèrent pas tout à fait conformes…

La Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) avait mené sur 14 types de préservatifs. 1 référence sur 2 ne s’est pas montrée conforme vis à vis de la réglementation en vigueur. Cette non-conformité semblait notamment due à un problème d’information du consommateur sur l’étiquetage. Seul 1 des préservatifs contrôlés présentait un danger pour son utilisation : des perforations y avait été constatées ce qui a enclenché son retrait du marché.

Les tests effectués par 60 Millions de consommateurs

L’enquête a abouti à un constat : 50% de préservatifs non conformes se trouvaient sur le marché français. Le magazine 60 Millions de consommateurs a donc décidé de tester 18 références de capotes fabriquées en detidom.ru Européenne (marquage CE). Ces essais et tests ont poussé le journal a un nouveau constat : parmi les 18 préservatifs testés, 4 ne semblaient pas assez résistants et en dessous des normes internationales. Les quatre références en cause sont : Contact (Manix) qui s’est aussi troué, Invisible (Soft), Classique (Pharmactiv) et enfin Sortez couverts.

Qu’en est-il des capotes mieux notées ? Les 2 références qui ont finalement mieux réussi les tests de résistance s’avèrent être Protex Condoms (Classic naturel) et Ceylor (Blauband).

Une non-conformité a aussi été révélée sur les dimensions des préservatifs. Lors des tests, certains annoncés « ultra-fins », se sont finalement retrouvés aussi épais que les fins ou normaux.

La plupart des préservatifs demeurent en latex mais certaines personnes s’avèrent allergiques à la matière. Il existe ainsi des capotes sans latex, faites la plupart du temps en polyisoprène synthétique. 60 Millions de consommateurs a épinglé des prix plus chers que leur homologue en latex. Le magazine a par ailleurs salué leur réussite aux tests de résistance.

Le préservatif : la seule contraception pour se protéger des IST

Le 1er décembre marquait la Journée mondiale de lutte contre le sida. Aujourd’hui, le seul moyen d’éviter un risque de grossesse et de contracter une IST dont le VIH, reste de se protéger avec un préservatif (qu’il soit masculin ou féminin).

Les tests de conformité menés par la DGCCRF ainsi que 60 Millions de consommateurs, peuvent poser la question de quelle capote choisir pour plus de sécurité et éviter un craquage ? Dans cette optique, le journal conseille de prendre des préservatifs marqués du sigle NF (Norme Française) qui ont préalablement été soumis à des tests avec des exigences plus fortes que le simple marquage européen CE.

(Image à la une : Getty Images)

A lire aussi

Des préservatifs usagés allaient être revendus

Confinement : un pénurie de préservatif est-elle à prévoir ?

4 conseils pour utiliser son préservatif en toute sécurité !

Le préservatif féminin, injustement boudé ?

À propos de l’auteur

La rédaction


Réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

detidom.ru