Comment éviter la transmission de l’herpès génital et buccal ?

Frédérique Hédon 17 janvier 2020

J’aimerais avoir toutes les informations sur l’herpès génital, notamment concernant l’hépatite chronique active. Quelle est la méthode de protection, à savoir comment s’en protéger, mais également comment protéger les autres quand on est infecté ? Quels sont les différents modes de transmission ? Dans le numéro de septembre 2011, vous avez dit à une lectrice que c’était très contagieux et que cela se transmettait par contact direct. Faisiez-vous spécifiquement allusion aux rapports sexuels non-protégés ? Mais cela n’interdit pas les câlins, les baisers et les relations protégés ?

Comment se protéger soi-même et les autres de l'herpès génital ?

Notre sexothérapeute, Frédérique Hédon, apporte sa réponse.

L’herpès est une maladie virale liée à la présence d’un virus spécifique (virus de l’herpès) dans l’organisme de la personne malade. Certaines hépatites (maladies du foie) peuvent également être d’origine virale et sont alors liées à la présence d’autres virus spécifiques, responsables d’hépatites virales appelées hépatite A, B ou C. Nous n’allons pas toutes les citer ici, mais il existe de nombreuses autres affections virales, chaque fois liées à la présence d’un germe responsable, parmi lesquelles la grippe et le sida sont les plus connues.

Chacune de ces maladies est indépendante des autres, et avoir de l’herpès n’a aucune raison en soi de provoquer l’apparition d’une hépatite chronique active. Par ailleurs, il faut savoir que les maladies virales sont difficiles, voire impossibles à soigner, et que la prévention est donc le meilleur moyen d’en limiter la propagation. L’herpès génital évolue par poussées actives et contagieuses, entrecoupées de phases inactives et non-contagieuses : en cycles alternant des périodes calmes, dites « de rémission », et des périodes actives ou « poussées herpétiques ». La phase active s’accompagne de signes cliniques faciles à reconnaître (boutons remplis de liquide transparent, ulcérations, douleurs…) généralement précédés d’une sensation de gêne qui annonce la crise. L’herpès n’est pas contagieux en dehors des poussées.

La meilleure protection en période de poussée herpétique consiste soit à éviter tout contact sexuel, soit à utiliser un préservatif et ce, jusqu’à la cicatrisation complète de la poussée (allant de trois à six jours). Mais, de toute façon, dans ce cas de figure, il reste préférable d’éviter fellation ou cunnilingus, l’herpès buccal et l’herpès génital provenant tous deux du même virus. Des lésions de la bouche ou des lèvres peuvent donc contaminer les muqueuses de la vulve ou du gland et transmettre la maladie au partenaire. Dans ce cas, il est préférable d’éviter tout contact.

(Photo à la une : Getty Images)

Autres conseils sexo…

L’herpès génital et buccal sont-ils un seul et même virus ?

Quel spécialiste consulter pour un herpès résistant ?

Que faire en cas de poussée d’herpès ?


Réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

detidom.ru