Un gynécologue utilisait son propre sperme pour des inséminations artificielles

La rédaction 19 octobre 2020

L’insémination artificielle est une des techniques pour la Procréation Médicalement Assistée (PMA). Elle consiste à directement déposer le sperme du conjoint ou d’un donneur certifié et anonyme dans l’utérus de la femme. 

Dans les années 80 et 90, un gynécologue néerlandais utilisait son propre sperme pour réaliser des inséminations artificielles sur des femmes, sans leur consentement.

Utilisation illégale du sperme

Le principal accusé est Jan Wildschut, un gynécologue maintenant décédé depuis 9 ans qui exerçait dans un hôpital au Pays-Bas.

Sa manière de procéder se faisait dans le secret, en toute illégalité : il n’informait pas les femmes inséminées qu’il utilisait son propre sperme lors de l’intervention. Elles croyaient donc que la semence provenait d’un donneur anonyme. Le gynécologue auraient ainsi engendré pas moins de 17 enfants, voir plus… C’est l’hôpital même où il travaillait qui a annoncé la nouvelle via un communiqué le 6 octobre 2020.

L’affaire révélée au grand jour

Ne l’ayant appris qu’en 2019, l’hôpital a qualifié les agissements du gynécologue de « moralement inacceptable« . Comment a été révélée l’affaire ? Par hasard : un des enfants né par insémination artificielle faite dans l’hôpital, a découvert suite à un test ADN qu’il avait une correspondance génétique avec une nièce de Jan Wildschut.

A l’époque des faits, aucune loi n’était en vigueur concernant le traitement de la fertilité au Pays-Bas. Aucune enquête ne sera donc ouverte par l’Inspection de la santé et de la jeunesse (IGJ) pour cette affaire. Ce type d’insémination artificielle illégale représente pourtant des risques puisque le sperme n’a pas été testé et contrôlé au préalable. La transmission d’Infections Sexuellement Transmissibles (IST) en fait notamment partie.

Un fait déjà observé au Pays-Bas

Dans la même ligne, l’ancien directeur d’une banque de sperme néerlandaise était récemment soupçonné d’avoir utiliser son propre sperme à la place de donneurs certifiés. Suite à de nombreux tests ADN, il avait été révélé qu’il était en fait le père biologique de 49 enfants. Qu’est-ce qui a poussé ces 2 hommes du corps médical à utiliser leur propre semence pour des PMA ? Le mystère reste entier…

A lire aussi

Toutes les femmes ont accès à la PMA !

Choisir le sexe du bébé pendant l’acte sexuel, c’est possible ?

Procréation : expliquez-nous scientifiquement comment ça se passe !

Supers-Géniteurs, enquête dans le milieu du don de sperme sauvage

À propos de l’auteur

La rédaction


Réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

detidom.ru