Les fantasmes : ce qu’ils disent de notre personnalité

La rédaction 16 décembre 2020

Qu’il soit un désir de soumission, un plan à trois ou encore une simple envie romantique, les fantasmes peuvent en dire long sur votre personnalité…

Le chercheur/psychologue américain Justin Lehmiller a interrogé plus de 4 000 Américains pour son livre Tell Me What You Want afin de connaître leurs fantasmes sexuels et mieux les comprendre.

Les raisons pouvant expliquer ces désirs semblent très vastes et spécifiques à tout un chacun. Le chercheur à tout de même pu faire ressortir certaines tendances communes sur les besoins émotionnels des personnes interrogées. Nos fantasmes seraient de ce fait reliés à certains de nos traits de personnalité.

Le plan à trois

C’est le fantasme le plus courant puisque 89% des personnes interrogées rêveraient de faire l’amour avec deux personnes (ou plus). Selon l’étude, le fantasme du plan à trois pourrait révéler un besoin d’attention de celui qui veut le tenter avec son partenaire : il aimerait avoir tout l’intérêt des deux autres personnes durant le moment coquin.

Ce désir peut aussi révéler un autre besoin émotionnel si la personne fantasme d’un plan à trois avec un couple ou même deux inconnus : cela traduirait une volonté de dépaysement. Le fantasme toucherait ainsi plus les personnalités extraverties qui aiment la nouveauté ainsi que découvrir de nouvelles activités.

Le BDSM

Les pratiques du BDSM restent très variées : domination, soumission, bondage, humiliation, punition… 65% des sondés fantasmeraient d’ailleurs dessus !

Le désir de se faire dominer par l’autre peut refléter une envie de perdre le contrôle et de n’avoir aucune initiative à prendre. Interrogé par Business Insider, Justin Lehmiller explique que « pour beaucoup de gens, (la soumission) est une sorte d’expérience très libératrice qui leur permet d’avoir la tête ailleurs et de s’ancrer dans l’instant présent« .

Les fantasmes plus osés

Les fantasmes un peu plus osés ou considérés comme plus tabou (par exemple le voyeurisme ou le fétichisme) seraient surtout nourris par des personnalités introverties. Ces personnes ont plus de mal à rencontrer des partenaires et à se faire une idée du type de relation vers laquelle elles veulent se tourner. Ils auraient donc des fantasmes qu’ils n’arrivent pas à définir clairement et beaucoup moins « conventionnels ».

Ces désirs proviendraient aussi plus des personnalités ouvertes d’esprit. Le Dr Lehmiller, interrogé par le HuffPost, explique que « Les gens les plus ouverts d’esprit, d’une nature curieuse et imaginative, sont aussi les plus flexibles dans leur rapport à l’érotisme. Ils peuvent être attirés par toutes sortes de pratiques, des plus habituelles aux plus osées. Cette tendance à essayer des choses nouvelles au quotidien se retrouve aussi dans leur imaginaire sexuel. »

Les fantasmes plus « conventionnels »

Certaines personnes ont besoin de rigueur dans leurs relations sexuelles : qu’elles soient planifiées à l’avance, qu’elles ne dépassent pas des cadres définis, que les positions et pratiques restent simples… Ces personnalités s’épanouiraient ainsi plus dans une sexualité « conventionnelle » et auraient peu de fantasmes tels que le BDSM ou le plan à trois par exemple.

Cette sexualité « conventionnelle » conviendrait aussi parfaitement aux personnes plutôt instables émotionnellement. Pour ne pas être bousculées ou stressées, ces personnalités auraient besoin d’un cadre habituel, connu et avoir un attachement amoureux en son/sa partenaire. L’innovation n’est pas trop leur fort mais elles s’épanouissent dans un cadre sécurisant.

(Image à la une : Getty Images)

A lire aussi

Les hommes bisexuels, un fantasme féminin ?

Que faut-il savoir sur le fantasme de la fessée ?

Doit-on en finir avec nos fantasmes racistes ?

Confinement : comment gérer mes fantasmes envahissants ?

À propos de l’auteur

La rédaction


Réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

detidom.ru