Plaisir féminin : comment faire éjaculer une femme ?

La rédaction 3 mars 2020

Si elle fait rêver beaucoup de personnes, peu de femmes en ont fait l’expérience. Comment cela fonctionne-t-il ? Comment y arriver ? On vous donne toutes les techniques pour déclencher des torrents de plaisir…

Comment parvenir à faire « fontaine » ? Toutes les techniques pour faire jouir une femme et déclencher des torrents de plaisir féminin…

Connue depuis l’époque du « père de la médecine« , Hippocrate, l’éjaculation féminine devait faire partie intégrante de la conception d’un enfant. Cette théorie a été contredite par Aristote qui voyait en elle la simple expression d’un plaisir. Considérée par Sigmund Freud comme étant un des symptômes de l’hystérie, représentée de façon parfois grossière dans le porno, l’éjaculation féminine fascine, car elle est un des seuls moyens de constater visuellement (et sans simulation) le plaisir féminin. detidom.ru fait le point et vous donne ses conseils.

L’éjaculation féminine : comment ça marche ?

Tout comme les hommes, les femmes ont la capacité d’éjaculer. Ce qui entre en action dans l’éjaculation féminine est ce que l’on appelle les glandes para-urétrales ( ou de Skene). Ces dernières sont l’équivalent de la prostate chez l’homme. Ce sont des petits tuyaux reliant ces glandes à deux orifices situés de chaque côté de celui du méat urinaire.

Par conséquent, il ne faut pas confondre la cyprine avec le liquide émis lors de l’éjaculation des glandes de Skene . La vessie, sous l’effet de l’excitation ainsi que la stimulation (qui n’implique pas forcément une pénétration) va se remplir rapidement et produire un liquide. Ce liquide va être expulsé par le méat urinaire. Ce n’est pas pour autant de l’urine, simplement ce que l’on appelle des sécrétions vésicales. C’est d’ailleurs cela que l’on va surnommer « squirting« . Désormais vous vous demandez sans doute ou bien encore comment me faire éjaculer toute seule ? Sachez qu’il y a une distinction à faire entre squirting et éjaculation féminine.

Bien que signifiant la même chose en anglais (« Squirting » se traduisant littéralement par éjaculation), ces deux termes ne désignent pas le même phénomène. On peut avoir une éjaculation en tant que femme sans pour autant être ce que l’on appelle une « femme fontaine« .

Éjaculation féminine et squirting, quelles différences ?

La distinction est en fait très simple. Ce ne sont pas les mêmes parties du corps qui sont en action. Il y a tout d’abord les glandes de Skene. Ces dernières sont l’équivalent de la prostate chez l’homme, fort potentiel orgasmique donc. Elles produisent un liquide proche du liquide pré-éjaculatoire masculin. En réalité, comme le révèle en 2001 une étude de la chercheuse américaine Cabello Santa Maria, du liquide est émis par les glandes de Skene dans 75 % des rapports sexuels. Ce liquide est produit de façon tellement minime qu’il est presque invisible à l’œil nu.

Le squirting, quant à lui, concerne potentiellement toutes les femmes. C’est ce phénomène qui est à l’origine de l’appellation « femme fontaine ». Dans ce cas précis, c’est la vessie qui entre en action. Cette dernière (la même qui permet également au vagin d’être autonettoyant) va se remplir de liquide lors de l’excitation sexuelle. Ce liquide est composé, selon la même étude de 2015, de l’urée, de la créatine (une protéine) et de l’acide urique.

On retrouve donc tous les éléments aussi présents dans l’urine, mais bien plus dilués. Cette production de liquide vésical (donc provenant de la vessie) n’a été expérimentée que par 10 à 40 % des femmes selon une étude menée par deux sexologues français en 2015, Samuel Salama et Pierre Derveaux. Mais toutes les femmes en ont la capacité ! Lors du squirting, la vitesse moyenne d’expulsion est par ailleurs égale à celle de l’éjaculation masculine (entre 45 et 49 km/h).

Attention ! « Expulsé » ne veut pas dire que l’éjaculat va jaillir comme cela peut être le cas avec l’éjaculation masculine. Ne vous attendez donc pas à un tsunami (la vessie n’ayant d’ailleurs qu’une contenance moyenne de 300 ml). Cela peut prendre la forme d’un jet ou plus souvent d’un simple écoulement. Celles que l’on surnomme les « femmes fontaines » sont des femmes qui émettent une grande quantité d’éjaculat (vésical ou para-urétral). Le premier est ce qu’on appelle le squirting et le second est l’éjaculation féminine. Les deux peuvent survenir en même temps ou bien un seul des deux phénomènes peut survenir. Il n’existe pas encore d’études scientifiques ayant démontré que les liquides émis pendant l’éjaculation étaient vecteurs d’IST, mais mieux vaut rester protégé.

Comment y arriver ?

Plusieurs méthodes sexuelles (ou pas) existent afin de faire éjaculer une femme. Les glandes de Skene, sont réparties tout du long entre l’urètre et le vagin, côté antérieur. Elles sont donc proches du point G !!

Il faut donc réussir à stimuler le point G (qui se situe entre trois à sept centimètres de l’entrée du vagin). Cette surface légèrement rugueuse est extrêmement innervée est en fait une partie interne de la structure clitoridienne. Par le doigtage, en tapotant légèrement ou en massant le point G, afin de stimuler les glandes de Skene. Certains sex-toys sont aussi particulièrement adaptés pour stimuler le point G, notamment les sex-toys recourbés et possédant une tête plate comme peut par exemple l’être l’Exciter de Liebe. Une bonne technique peut aussi être la stimulation intense de la partie extérieure du clitoris ! (Grandes lèvres, petites lèvres, gland) avec ses doigts ou bien des vibromasseurs spécialement conçus pour cela.

Comme toute pratique sexuelle, cela demande un peu d’exercice afin d’apprécier pleinement l’expérience. Vous pouvez donc également de la « musculation du périnée« . Les muscles pelviens jouent un rôle important dans l’épanouissement sexuel. Vous pouvez par exemple, une fois assise en tailleur, contracter votre périnée pendant 5 secondes, puis le relâcher pendant 10 secondes. Le tout en respirant bien profondément et sans contracter ni fesses ni ventre. Vous pouvez également faire cet exercice en étant allongée. Cela renforcera vos muscles pelviens et permettra de mieux ressentir et apprécier votre éjaculation.

Attention, article réservé aux plus de 18 ans. Tout lien sortant présent dans l’article ne peut être consulté par une personne mineure.

À LIRE AUSSI

L’ÉJACULATION FÉMININE ET FAIRE FONTAINE : CE N’EST PAS PAREIL !!

L’INJACULATION : L’ABSENCE D’ÉJACULATION, UN PLAISIR ORGASMIQUE ?


Réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

detidom.ru