Bonne résolution 2021 : on teste le BDSM

La rédaction 4 janvier 2021

Un sondage du chercheur J. Lehmiller a dévoilé que les différentes pratiques du BDSM attireraient 65% des personnes, sans pour autant qu’elles n’osent sauter le pas…

L’idée d’essayer le BDSM vous trotte peut-être dans la tête depuis un petit moment pour diverses raisons : pimenter votre relation de couple ou simplement découvrir de nouveaux horizons sexuels… Pour vous lancer avec votre partenaire, voici quelques conseils !

La découverte du BDSM

Qu’est-ce que le BDSM ? BD pour Bondage et Discipline, DS pour Domination et Soumission et SM pour Sado-Masochisme. Le monde du BDSM ne se cantonne pas à une pratique, mais représente un ensemble de pratiques qui prend plusieurs aspects : contrainte, douleur, humiliation, domination, fantasmes sexuels, jeux de rôle… Une des premières étapes consiste à définir vos envies avec votre partenaire : si vous préférez être dominé(e) plutôt que dominant(e), si vous voulez que vos pratiques soient douloureuses ou non, etc. La communication avec votre moitié paraît ainsi primordiale et doit perdurer tout au long de vos séances de BDSM.

Sécuriser ses pratiques

Le BDSM implique une relation de grande confiance entre les partenaires : il faut que les pratiques basées sur le consentement soient sécurisées, mais aussi sécurisantes. Dès le début, chacun doit exposer clairement ses limites : des règles sont à poser et cela peut prendre la forme d’un contrat écrit par exemple. Ne vous inquiétez pas si votre partenaire en demande la signature : les contrats BDSM n’ont aucune validité légale. Il n’y a donc aucun préjudice à l’interrompre à tout moment. Au cours de la relation, vos règles et vos limites seront sans doute amenées à évoluer.

Suivant ce que vous aimez et ce que vous aimez moins, certaines règles seront enlevées et d’autres au contraire ajoutées. Vous pouvez alors envisager un nouveau contrat qui sera revu régulièrement. Choisir un « safe-word » avec son partenaire permet aussi de sécuriser ses pratiques BDSM. Il agira ainsi comme un mot de passe afin de pouvoir tout arrêter si ça ne va pas, s’il y a un souci ou une détresse physique et/ou psychologique. Pour que la personne en face comprenne bien qu’il est temps d’arrêter, il faut que ce mot soit « particulier », facile à retenir et qu’il dénote clairement avec la situation, comme par exemple le mot « trottinette ».

Établir un carnet dans lequel le soumis ou la soumise doit livrer son ressenti après chaque séance BDSM peut également participer à encadrer de façon saine le jeu BDSM. Le dominant pourra alors relire en détail les revendications et les différentes émotions ressenties par son partenaire, sans que le soumis ou la soumise n’ait l’impression de « se rebeller ». Cela leur permet également de prendre du recul par rapport à l’aventure sexuelle, d’y mettre un sens et de la distance.

Des accessoires « soft » pour commencer en douceur

Pas besoin d’avoir une panoplie immense de sextoys et accessoires en tout genre pour débuter dans le BDSM. Votre imagination combinée à vos objets du quotidien peut très bien faire l’affaire. Pour explorer en douceur vos limites sur la douleur et les sensations de chaud/froid vous pouvez par exemple commencer avec de la cire chaude et des glaçons. Vous trouverez aussi dans vos armoires d’autres objets qui peuvent vous intéresser comme une ceinture ou encore une cravate.

Si vous voulez des accessoires un peu plus spécifiques tels que des cravaches, des menottes ou même des combinaisons en cuir, vous pouvez vous rendre dans un sex-shop ou visiter un site spécialisé en ligne afin d’ sur les objets que vous souhaitez vous procurer. Pour débuter dans le BDSM il reste important de choisir des accessoires « doux ». Par exemple si vous êtes adeptes des fessées et des claques, ne vous procurez pas directement un fouet qui peut causer de graves blessures en cas de mauvaise utilisation, mais plutôt une cravache qui reste plus courte et moins douloureuse. D’autres accessoires peuvent aussi vous paraître intéressants dans votre exploration du BDSM, par exemple : les pinces tétons, les bougies (pour la cire fondue), les colliers, etc.

Quelques pratiques à explorer

Pour les débutants dans le BDSM, les pratiques trop extrêmes restent à éviter. Commencez par découvrir vos limites en y allant doucement au début puis en montant en intensité au fur et à mesure de la séance si tout se passe bien :

  • Les jeux d’attache : ici il ne s’agit pas de commencer directement par des techniques de bondage très développées, mais plutôt d’expérimenter une relation de pouvoir en liant par exemple les mains de votre partenaire grâce à des menottes ou simplement un foulard.
  • Jouer avec les sens : vous pouvez bander les yeux de votre partenaire et commencer à jouer avec ses sens en alternant des sensations de chaud/froid sur son corps grâce à de la cire fondue ou encore des glaçons… Vous pouvez aussi expérimenter les claques avec des éléments de type cravache et ceinture sans y aller trop fort au début.
  • Être directif au lit : l’idée est de dicter à son partenaire un comportement sexuel, par exemple, « se masturber tout en vous regardant dans les yeux » ou encore « faire un strip-tease langoureux ». N’hésitez pas à prévoir des gages softs si ce dernier n’ose pas assouvir toutes vos demandes. Vous pouvez également en profiter pour faire passer des messages sur ce que vous appréciez réellement au lit et vos préférences sexuelles.
  • Penser aux costumes : il est toujours plus facile de rentrer dans un personnage quand on a un costume ou quelques accessoires avec soi. Pourquoi ne pas vous équiper d’un pantalon de latex pour asseoir votre côté dominant ou d’un corset bien serré pour Madame, si c’est elle qui mène la danse ? Qu’il soit élaboré ou non, le costume aide psychologiquement à rentrer dans un rôle et dans le jeu.

Il reste important de discuter avec son/sa partenaire après chaque séance de BDSM afin de savoir s’il y a des blessures, ce qui a plu ou encore déplu… Encore une fois, la communication est primordiale ! Vous pouvez lire aussi : Confinement et sexe : petit guide d’initiation au BDSM sans danger.

À propos de l’auteur

La rédaction


Réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

detidom.ru