Le son l’habite

La rédaction 10 septembre 2020

Bilel, 35 ans, est dj dans une boîte de nuit allemande le temps d’une soirée. Il rencontre une belle blonde sulfureuse qui va lui faire tourner la tête…

Retrouvez-ici toutes nos histoires de sexe.

Bonjour detidom.ru, ici Bilel. Ma profession : DJ professionnel. Mon terrain de jeu : les grands clubs d’Europe. Lors d’une nuit en Allemagne, j’ai rencontré une danseuse chaude comme l’enfer. Je ne connais pas son nom mais je ne l’oublierai jamais !

Ce soir-là, je jouais entre une heure et deux heures du mat’ dans une boîte très connue de Berlin. Dans la salle, 600 personnes en sueur. J’ai tout donné sur la fin du set, grosses basses et montées puissantes. C’est là que j’ai vu la belle. Grande, blonde et mince, elle avait des yeux clairs et son corps épousait parfaitement le rythme. Elle portait en plus un tee-shirt blanc très décolleté qui lui collait à la peau.

La fille dansait à deux mètres du DJ booth en me regardant. Au début, j’ai juste cru qu’elle avait pris des prod’ et qu’elle faisait une fixation sur moi, mais elle a fini par me sourire. Nos yeux ne se sont quasiment pas quittés pendant que je terminais ma presta. Vers 2 h du mat’, j’ai laissé rapidement les platines au DJ qui suivait, en espérant retrouver la belle sur la piste. Mais le temps de me radiner, elle avait filé. Alors j’ai fini au bar à boire des coups, puis je suis reparti danser. Une heure plus tard, j’étais à fond sur le son, quand j’ai senti une main sur mon épaule. Je me suis retourné et je l’ai vue. Elle était encore plus belle de près…

Nous n’avons pas échangé un mot, juste un baiser enflammé. L’alcool, la musique, les corps transpirants autour de nous… L’atmosphère était électrique. On s’est embrassés comme des ouf pendant plusieurs minutes, puis la fille m’a entraîné dans un coin du club. En traversant la foule, son tee-shirt s’est plaqué contre ses reins brûlant et j’ai distingué un tatouage au niveau des reins. Elle était vraiment parfaite… Et je n’avais encore rien vu !

LE LIVECAM SEXY

Nous avons atteint le coin du club le plus éloigné de la cabine de DJ. Le son restait super fort mais la foule était un peu moins compacte à cet endroit. La fille s’est plaquée contre le mur. Sous son tee-shirt trempé, j’ai distingué un soutien-gorge en dentelle noire très fin. J’ai passé la main sous le coton blanc et écarté la dentelle, pour trouver un joli sein rond au téton sensible… Érection immédiate ! La belle l’a sentie et a glissé sa main dans mon jean. Au rythme des basses, elle s’est mise à me branler. Je l’ai laissée faire, mes gémissements aigus couverts par le bordel ambiant.

J’ai moi aussi cherché son intimité dans son pantalon. Elle était épilée et j’ai vite trouvé son clito, puis ses lèvres. En faisant pénétrer mon index en crochet, j’ai senti la fille frémir. Nous nous sommes caressés comme ça de longues minutes en nous roulant des pelles passionnées. Je ne pensais pas aller plus loin mais la belle a fini par tomber à genoux pour me prendre en bouche. J’ai regardé autour de moi, sûr que quelqu’un allait nous voir, pourtant les gens dansaient et se foutaient du reste. Je l’ai laissée enrouler sa langue et téter mon gland, en me concentrant pour ne pas jouir. Quand elle est remontée, son regard brillait. Je n’ai pas résisté : je l’ai plaquée face au mur et lui ai dévoré la nuque de baisers, mes doigts retrouvant le chemin de sa chatte humide.

Cette fois, comme la blonde était dos à moi, ma main frottait contre son cul pour doigter sa minette… J’ai baissé son jean et essuyé le precum qui coulait de mon gland sur ses petites fesses. Puis j’ai bifurqué vers sa vulve. Il m’a fallu quelques secondes pour trouver l’entrée et j’ai enfin pu me glisser en elle… Nous ne faisions plus qu’un. La danseuse a ondulé au rythme de la musique, faisant accélérer les battements de mon cœur. Elle aimait ça, je distinguais ses miaulements qui montaient de plus en plus fort… Mais peu importe que d’autres l’entendent : je l’ai baisée comme ça, au milieu du club, le reste du monde disparaissant dans les vagues de plaisir qui m’emportaient. La respiration de la fille s’est accélérée, mes coups de bites aussi et nous avons joui ensemble, nos bouches se cherchant pour un baiser tremblant.

Sonné, j’ai dû aller chercher de l’eau au bar. Quand je suis revenu avec un verre pour la belle, elle avait disparu. J’ai surpris des regards amusés autour de moi et j’ai ri de notre folie… J’ai quitté la boîte au petit matin, la queue parfumée des fluides de l’inconnue et le corps marqué par des sensations qui ne disparaîtront jamais.

A lire aussi

La musique dans la peau

Rencontre en boîte de nuit

Dans les toilettes du bar

Rencontre au bar

Une serveuse réconfortante


Réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

detidom.ru