Coaching cochon

La rédaction 11 septembre 2020

Élise, 23 ans, appelle son meilleur ami afin qu’il l’aide pour un rendez-vous galant. Elle lui ouvre la porte en petite tenue, il lui saute dessus…

Je m’appelle Élise et j’ai 24 ans. Mon meilleur pote, c’est Adrien. On se dit tout : je lui raconte mes histoires de cœur, mes rendez-vous foireux, mes histoires de sexe… Il y a quelques semaines, j’ai matché avec un type sur une appli de rencontres. Comme il était hyper beau sur ses photos, je me mettais une pression de dingue. Comment m’habiller ? Me coiffer ? J’ai décroché mon téléphone et appelé Adrien. Trente minutes plus tard, il était chez moi.

Je ne suis pas du genre pudique. Du coup, quand mon meilleur pote a débarqué, je lui ai ouvert la porte en petite tenue. Ça n’était pas la première fois qu’il me voyait comme ça, mais il a fait une drôle de tête. Il faut dire que j’avais mis le paquet pour mon rencard : culotte sexy et des bas de coquine. « Tu pourrais au moins mettre un soutif ! » a-t-il dit. C’est vrai, quoi ! Je n’ai pas baisé depuis trois semaines, et tu te fous à moitié à poil devant moi. Je me suis marrée : « Hou la, quelqu’un s’est levé du mauvais pied ! », puis j’ai tourné les talons.

Visiblement vénère, Adrien m’a quand même suivie dans ma chambre. J’ai cru qu’il allait se calmer et, comme d’hab’, m’aider à reprendre confiance en moi avant mon rencard. Mais, plutôt que de me coacher, il m’a dit d’un drôle d’air : « Elle est vraiment bien, ta tenue. Montre-moi mieux, tu veux ? » Un peu parce que j’étais troublée par sa demande, un peu par provoc’, je me suis allongée sur le lit. Et j’ai commencé à prendre des poses…

Adrien a sorti son smartphone et a shooté plusieurs photos. Ça m’a flattée, alors j’ai fait ma pin-up. Sauf qu’en même temps qu’il jouait les artistes, mon meilleur pote a commencé à se désaper… « Tu es trop belle, a-t-il murmuré. Tu ne veux pas me montrer ce que tu as d’autres, comme ensemble ? ». Sans trop savoir pourquoi, je me suis levée et j’ai cherché dans ma commode. Une minute plus tard, j’avais passé mes dentelles les plus hot. Et j’étais à quatre pattes sur mon lit, avec mon meilleur ami derrière moi qui prenait des photos.

LE LIVECAM detidom.ru

Quand je l’ai senti écarter ma culotte, j’ai tremblé de tout mon corps. C’était très perturbant de ressentir du désir pour celui que je considérais bien plus qu’un ami… Mais il fallait se rendre à l’évidence : j’avais envie de lui, et vu la bosse dans son jean, il avait envie de moi. Je l’ai laissé caresser mes lèvres et prendre des gros plans de ma minette ouverte. Il respirait maintenant très fort. J’avais compris que nous allions le faire et ça me faisait mouiller terriblement… J’ai regardé mon pote se désaper, puis s’approcher de moi. Bien calée en levrette, j’étais prête.

Au départ, Adrien a été très doux, comme s’il avait peur de me casser. J’ai adoré sentir son sexe entrer centimètre par centimètre, mais très vite, le désir a été trop intense pour que l’on continue en mode tendresse. C’est moi qui ai commencé à accélérer le rythme, en allant d’avant en arrière. Putain, comme c’était bon… Le plus excitant dans cette position ? Sentir les couilles bien pleines de mon meilleur ami taper sur ma vulve… Mais d’un coup, sans aucune raison, j’ai commencé à penser que j’étais en retard pour mon rendez-vous. En même temps que je tressautais sous les coups de boutoir, j’ai dit en rigolant : « Vas-y plus fort, comme ça, je serai bien ouverte pour le mec de tout à l’heure ! ».

Je pensais être drôle, mais ça n’a pas marché du tout. Adrien s’est retiré et m’a regardée, les sourcils froncés. « Excuse-moi… », j’ai dit d’une petite voix. Avec un petit sourire, il a répondu : « OK, mais tu vas devoir en faire plus pour que je te pardonne. » Et il m’a retournée comme une crêpe. J’ai compris ce qu’il voulait, alors j’ai ouvert la bouche… qu’il a rempli avec son gros dard tout mouillé.

Pendant qu’il continuait à faire des photos, j’ai serré les lèvres autour de son membre. Et j’ai commencé à le laisser aller très profond dans ma gorge. Adrien a posé son smartphone et a accéléré ses allers-retours. Puis il m’a regardée droit dans les yeux, pendant que je donnais tout avec ma gorge et ma langue. C’est là, qu’il a juté. J’ai laissé son sucre d’orge fondre en moi, tout en me tripotant avec le bout de mes doigts. J’ai eu un super orgasme clitoridien en avalant la dernière gorgée de son foutre…

Adrien et moi n’avons pas encore reparlé de ce moment très chaud. Mais j’y pense souvent. Amour ou amitié ? Il faudra bien que je me décide un jour… En attendant, quand je me caresse entre mes draps, je repense au goût d’Adrien sur ma langue.

A lire aussi

Mon pote

Une amitié fusionnelle

Entre amour et amitié…

Mon ami, mon amant…

À propos de l’auteur

La rédaction


Réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

detidom.ru