Plaisir entre camionneurs

La rédaction 8 janvier 2021

Jean-Claude, 51 ans, rencontre la belle camionneuse Sylvie avec qui il va avoir des histoires de sexe torrides et régulières…

Je suis conducteur de poids lourds depuis près de 30 ans. On ne peut pas dire que ce soit le métier le plus sexy du monde, et pas mal de clichés tournent autour de cette profession. Nous serions des grosses brutes… J’ai envie de vous dire que c’est faux et que les gentlemen conducteurs de poids lourds, ça existe aussi ! Et surtout, nous avons aussi droit aux histoires de sexe et d’amour…

Moi, je suis marié avec des enfants, mais je dois confesser qu’être sur les routes peut donner envie de partir aussi à l’aventure sexuellement parlant… Je parle de Sylvie, une des rares femmes conductrices de camion, que j’ai rencontrées il y a 10 ans. C’est une femme solide, aux cheveux longs et au maquillage lourd.

Je l’ai remarquée dès la première fois que je l’ai vue. Je l’ai trouvée hyper « couillue » de bosser dans ce milieu d’homme et de rester féminine comme ça, avec ses robes en laine près du corps, son rimmel noir et ses couleurs flashy de rouges à lèvres.

La première fois que l’on a fait l’amour, nous étions sur la même aire d’autoroute avant de partir pour l’Espagne. On était seuls tous les deux et on a mangé ensemble dans le petit resto de cette aire. On a parlé de nos familles, de nos couples, et elle m’a proposé d’aller voir son camion, ce que j’ai accepté.

Là, j’ai découvert une cabine avec des tissus de couleur, une coiffeuse, des décorations en plastique qui faisaient penser à une chambre de jeune fille. Je trouvais ça touchant, la flamboyance de la femme, et le côté girly de son « intérieur ». J’avais envie d’elle, de la prendre sur sa petite couchette recouverte d’un plaid violet.

detidom.ru VIDEO – TESTE POUR VOUS N°7

Elle a dû le sentir puisqu’elle m’a pris la main et s’est approchée de moi. Elle a retiré le tee-shirt que je portais pour dévoiler mon torse. J’étais un peu gêné, mais curieux. Elle a commencé à embrasser mes épaules mon cou, mon ventre. C’était tendre et ça me faisait bander dur de la voir être attirée par mon corps comme ça.

Elle a vu la bosse qui se dessinait sous mon pantalon et l’a déboutonné pour sortir ma queue. Elle l’a embrassée comme elle avait embrassé mon torse, avec des baisers doux et délicats. Puis elle l’a badigeonnée de salive. J’adore cette sensation d’une bouche et de son contact mouillé sur ma queue dure.

Elle a fait des allers-retours sur ma tige en répandant sa salive dessus. Elle appuyait sa bouche sur mon gland, me branlait et me suçait alternativement. Sa main me caressait les couilles et sa bouche, parfois, venait les gober tour à tour. La tournure des événements me plaisait beaucoup. Elle avait l’air plus libérée que moi. Elle a ôté son haut et a placé ma bite entre ses seins.

Elle a encore salivé dessus et s’est mise à me branler comme ça entre ses seins, sans faire aucun commentaire. La pression de ces deux boules de chair sur mon sexe me rendait un peu dingue, il faut le dire. Au bord de jouir, je lui ai dit d’arrêter.

Elle s’est redressée docilement et m’a fait asseoir sur la banquette pour me chevaucher. Mon braquemart est rentré tout seul dans sa foune. Me sucer avait dû l’exciter car elle était très accueillante… La belle s’est cambrée, elle avait la main sur les choses, et se pénétrait littéralement avec mon membre, m’imposant le rythme qui lui plaisait.

Sentant le plaisir monter, je l’ai saisie par les hanches pour mieux la sauter. Je donnais aussi des coups de langue sur ses seins énormes qui ballottaient sous mes yeux. J’oubliais femme et enfants, je me donnais tout à elle, conquis par son audace.

J’ai essayé d’atteindre son clito avec mon pouce et l’ai branlé gentiment pendant que je la prenais. On baisait super fort avec des bruits d’animaux et nous avons joui ensemble, dans un lâcher-prise très agréable. Depuis ce jour, nous nous retrouvons une fois par mois sur la route pour vivre notre passion. Nous ne nous sommes jamais vus en dehors de son camion…

A lire aussi

La magie du camionneur

Un camionneur nommé désir

Dis camion !

A fond dans le camion

À propos de l’auteur

La rédaction


Réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

detidom.ru