Déconfinement : quelle sexualité désormais ? Elles témoignent !

James-Nicolas de Sade 12 mai 2020

Après presque 3 mois de confinement, le déconfinement est enfin là. Quel impact aura-t-il sur la sexualité, des Françaises témoignent

deconfinement quelle sexualite desormais

Le déconfinement, enfin ! Après presque trois mois de confinement, la France se déconfine petit à petit.  Faut-il s’attendre à un baby boom désormais ? Tout du moins une augmentation du nombre de rapports sexuels ? Nous avons interrogé (en respectant bien sûr la distanciation sociale) des Françaises qui nous racontent comment elles vivent (ou comptent vivre) le déconfinement du point de vue sexuel.

« Un besoin presque vital »

Selon une récente étude menée par l’IFOP, près d’un Français sur deux aurait moins de rapports sexuels qu’il en avait avant le confinement. Parmi ces Français se trouvent une bonne partie de célibataires. Chloé, 22 ans, fait partie de ces derniers. Celle qui se décrit elle-même comme « célibataire de longue date » était impatiente que le déconfinement ait lieu. En premier lieu, afin de pouvoir sortir : «Quand on est confinée seule avec son chat, c’est compliqué de trouver un homme ou même juste quelqu’un à qui parler. »

Plusieurs études ont déjà démontré les effets bénéfiques du sexe sur la santé, tant physique que psychique. Nous avons interrogé le Dr Alain Pariente, sexologue et andrologue, à ce sujet. Pour lui, le déconfinement « va indéniablement impacter de manière bénéfique la sexualité des français(e)s. Cela va être presque un réflexe « animal. » Les Français(e)s vont prendre conscience que la vie n’est pas éternelle et l’instinct de reproduction va se réveiller. » Cet élan vital est décrit par Chloé : « Le sexe c’est devenu un besoin presque vital pour moi maintenant. » nous confie-t-elle. « Ne reste plus qu’à trouver comment faire des rencontres en cette période. » Car c’est là tout le problème. Comment draguer quand tous les lieux de « sociabilisation » (bars, discothèques, clubs libertins) sont fermés ? Il reste bien entendu la solution des applications de rencontre mais certain(e)s n’osent pas encore franchir le pas.

« Avant de coucher ça sera test obligatoire »

Hélène a 32 ans. Cette Parisienne, devenue célibataire juste avant le début du confinement nous avoue ne pas être « prête à rencontrer quelqu’un d’autre pour le moment. Que ce soit sentimental ou juste sexuel, ça n’est pas possible pour moi. J’ai bien trop peur de l’infection, d’être infectée et de me retrouver en réanimation. » Mais faut-il attendre d’avoir un remède pour recommencer à avoir des relations sexuelles : « Il faut évidemment garder ses précautions, mais ce n’est pas une raison pour arrêter totalement les rapports sexuel » affirme le Dr Pariente « Si on est célibataire, il faut trouver quelqu’un de confiance. Ne pas se jeter dans les bras du premier venu par simple désir sexuel. » Tout est en fait question d’équilibre entre les coups d’un soir et les relations « sérieuses »

Nous avons également rencontré Mathilde*, étudiante de 20 ans, pour qui le confinement a eu un impact qui peut sembler surprenant au premier abord : « Je n’ai plus envie de faire l’amour. » affirme-t-elle. Elle continue et précise : « En réalité, le confinement m’a fait prendre conscience que le sexe n’était pas si important que ça. Ce n’est pas pour autant que je suis asexuelle ou que je vais le devenir. C’est tout simplement que le sexe ne sera pas voire plus ma priorité dans une relation. » Il semblerait que le déconfinement a eu plus d’impact d’un point de vue sentimental, psychique que réellement sexuel pour certaines Françaises.

« Avant de coucher ça sera test obligatoire » s’exclame Marion, 23 ans. Pour cette vendeuse en prêt-à-porter, la vie reprendra « peu à peu son cours, j’ai déjà commencé à regarder sur les applications et sites de rencontres pour pouvoir retrouver une vie sexuelle à deux. » avoue-t-elle. « Certes je vais respecter les gestes barrières, mais après 3 mois d’abstinence, ma main est fatiguée » continue Marion en rigolant. Elle conclut en nous disant que pour « préserver » sa santé, « Avant de coucher, ça sera test obligatoire, pour moi et mon partenaire d’un soir. » Il semble certain que les Françaises vont vouloir profiter du déconfinement et de la fin des attestations de déplacement. Leur sexualité, elle aussi, se déconfine progressivement.

A LIRE AUSSI
Près de la moitié des Français en « pause sexe » durant le confinement !

Confinement : les Français auraient pris plus de 2,5 kg !


Réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

detidom.ru