Près de la moitié des Français en « pause sexe » durant le confinement !

James-Nicolas de Sade 5 mai 2020

A l’heure où les Français entament leur cinquième semaine de confinement, l’IFOP vient de publier une enquête qui en dit plus sur la sexualité des Français

Une libido en mode pause. Le confinement, mis en place le 17 mars dernier pour lutter contre le coronavirus, vient chambouler la sexualité des Français. Ils sont ainsi 44 % à affirmer ne pas avoir eu de rapports sexuels au cours des quatre dernières semaines, selon une étude, contre 26 % précédemment selon l’IFOP, et c’est loin d’être le seul résultat intéressant !

Confinement : des rapports moins fréquents

Cette enquête portant sur la vie sexuelle et affective des Français pendant le confinement a été réalisée sur 3 045 personnes âgées de plus de 18 ans. Et le résultat est sans appel : les rapports sexuels des Français sont en berne !  Sur l’ensemble de la population, ils seraient près de 65% à avoir eu en moyenne moins d’un rapport sexuel par semaine, dont 44% qui n’ont pas du tout eu de rapports sexuels. Un chiffre qui s’explique en partie par le nombre de personnes qui se retrouvent confinées seules. Les personnes vivant en couple mais pas sous le même toit ne peuvent plus se voir et les célibataires ne peuvent plus avoir une aventure d’un soir.

Confinement et rapports sexuels au cours des quatre dernières semaines

Rapports sexuels au cours des quatre dernières semaines – © Charles.co

Ce chiffre de 44%  est à mettre en contraste avec les habitudes sexuelles des français mesurées pour la dernière fois en janvier 2017.  Dans le détail, alors que 87 % des célibataires n’ont pas eu de rapports sexuels au cours des quatre dernières semaines, contre 56 % avant le confinement, cette proportion monte à 21 % chez les personnes en couple vivant sous le même toit, alors qu’elle n’était que de 10 %, avant les restrictions mises en place.

La satisfaction sexuelle n’est pas non plus au rendez-vous chez les  sondé(e)s.

Ils et elles ne sont que 26 % à se déclarer satisfait(e)s de leur vie sexuelle, contre 30 % avant le confinement. La tendance est même plus forte chez les personnes en couple (32 % contre 39 %), que chez les célibataires (9 % contre 13 %). Les femmes sont par ailleurs plus nombreuses (31%) à être satisfaites de leur vie sexuelle que les hommes (22%).

Niveau de satisfaction sexuelle des français durant le confinement

Niveau de satisfaction sexuelle des français durant le confinement

Une relation conjugale affectée

Il n’y a pas que le sexe dans la vie de couple, il y a aussi les disputes et les tensions. Ils seraient ainsi près de 24% à s’être déjà disputé au sujet des tâches ménagères au cours du confinement. Près de 11% des personnes interrogées souhaitent ainsi prendre des distance avec leur partenaire (7% de manières temporaire, 4% de manière définitive). Ils sont presque autant (12%) à souhaiter ne plus être confiné avec leur partenaire actuel.

Nombre de français s'étant déjà masturbé pendant le confinement

Nombre de français s’étant déjà masturbés ou autre…

Pour évacuer la tension, plusieurs solutions existent. La masturbation par exemple. Plus d’un tiers (35%) des personnes en couple sous le même toit avoue s’être déjà masturbés pendant le confinement. Ils sont également un sur quatre (25%) à avoir surfer sur un site de alors qu’ils sont confinés en couple sous le même toit.

Les Français ont surtout besoin dans la période (troublée) actuelle, c’est d’un gros besoin de réconfort. Depuis la mise en place du confinement, 26 % des sondés affirment avoir déjà eu besoin d’un gros câlin ou d’affection. Un besoin qui atteint même les 41 % chez les jeunes de moins de 35 ans interrogés. Le confinement a amené une demande de réconfort affectif, et non une augmentation de la libido comme on aurait pu le penser. Ceci s’explique notamment par l’impact du confinement sur l’état psychologique des Français.

Une sexualité qui s’adapte

Le confinement créé des frustrations chez les Français, qui se retrouvent à transgresser les « règles. »

Dernier enseignement de l’enquête, le non respect du confinement. Plus de 34% des Français auraient transgressé les règles de confinement. 12% d’entre eux ont transgressé le confinement pour accueillir ou rejoindre un(e) partenaire sexuel, majoritairement des personnes vivant en couple séparément (49%)

Chez les personnes en couple, c’est plutôt le principe d’exclusivité sexuelle dans le couple qui est parfois remis en cause : 7% des personnes en couple sous le même toit reconnaissent avoir eu des échanges virtuels érotiques avec quelqu’un d’autre que leur conjoint (parfois même leur ex !)

On observe de manière plus globale une augmentation des sextos envoyés. La dernière étude en février faisait état de 39% de personnes à avoir déjà échangé des messages coquins. Ils sont 45% aujourd’hui. Il en est de même pour l’échange de dick pics qui a explosé : 18% en février contre 27% en avril. Chez les 18-35 ans la proportion de personnes ayant échangé un mail/SMS coquin est passé de 50% à 62% en l’espace de deux mois, pareil pour les dickpics (31% en février, 43% en avril.)

La sexualité des Français se retrouve chamboulée par le confinement.
Et cela nous laisse à penser que non, le « baby boom », ce n’est pas pour dans neuf mois !

A LIRE AUSSI

Après le 11 mai, aura-t-on le droit d’organiser une soirée libertine ?

Confinement : les exercices de yoga pour booster sa sexualité !


Réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

detidom.ru